mardi 1 septembre 2015

"Quelqu'un qu'on aime" de Séverine Vidal

Quelqu'un qu'on aime

Auteur : Séverine Vidal


4ème de couverture :


« Matt Craignait le pire. Il sent sur son cou la main de son grand-père, qui prend la parole :
— Je perds la mémoire. Et ce jeune homme, assis là, il m'emmène en tournée à travers les USA pour réveiller les souvenirs enfouis. C'est pas beau, ça ?

Antonia et Luke hochent la tête, ensemble, parce qu'ils sont émus, Matt le voit dans le rétro.
Gary relâche son étreinte et :
— Qui pourrait rêver meilleur petit-fils, hein ?

Matt craignait le pire et ce n'est pas ce qui est arrivé. C'est même tout le contraire. »





Avis :

Texas, Julie présente Amber, sa fille de dix-huit mois, à Matt qui réalise aussitôt son lien de parenté avec ce bébé, aucun doute possible, c’est lui le père ! Elle a besoin qu’il la garde durant deux mois, mais lui a un autre projet primordial, organisé de longue date, emmener Gary réitérer le voyage fou de sa jeunesse, la tournée de son idole, Pat Boone. Car le grand-père a la mémoire défaillante et Matt voit dans cette entreprise le moyen de ressusciter quelques réminiscences.
Malheureusement à l’aéroport, tout ne se passe pas comme prévu pour ce trio multigénérationnel, plus de vol. Direction la location d’un combi Volkswagen, avec deux nouveaux passagers, Luke un adolescent en fugue et Antonia attendue pour un entretien d’embauche.

L’expédition se déroulera-t-elle sans embûches supplémentaires ? Les souvenirs de Gary émergeront-ils de nouveau ? Matt s'en sortira-t-il avec Amber ? Comment sera l’entente entre eux ?

C'est un texte à plusieurs voix qui nous est proposé ici, un chapitre, un personnage ce qui permet d'avoir différents points de vue, de frôler les états d'âme, les joies, les doutes, les peines de chacun. Ainsi en produisant cette forme d'intimité, nous découvrons les secrets inavoués.
Séverine Vidal aborde avec douceur la maladie d'Alzheimer dont souffre Gary, les premières pertes de mémoire que l'on met sur le compte de la fatigue ou autres avec légèreté, puis l'évidence.
Le mélange de cette vie qui se délite et celles qui se créent, grandissent, convertit cet ouvrage en un formidable page-turner.

À 21 ans, nonobstant un vécu un peu difficile, Matt n’est guère habitué à ce qu’on le prenne en main, pour preuve il doit gérer son bébé. Non c’est lui qui décide et dirige, quitte à ne pas profiter de ce que l’existence a à offrir. Mais l’union faisant la force, compliqué d’avoir le dernier mot, d’autant plus quand même Gary se joint à la partie !
Antonia est une trentenaire juste de passage à l'origine, toujours positive, qui essaiera d’arrondir les angles pour tous, ce qu’elle est incapable d’accomplir sur elle.
Il y a Luke aussi, ce jeune garçon en fuite tentant de se débarrasser de son sombre passé.

Au fur et à mesure de leurs pérégrinations, des sourires se dessinent, des rires s'envolent, les langues se délient, des engueulades éclatent aussi ; plaisirs et partages entre des inconnus qui apprennent à s’apprivoiser et à se comprendre. Les kilomètres sont des liens qui les unissent, les soudent pour former "une famille de route" voire une famille recomposée tout simplement.
Par ses divers intervenants cabossés et tellement attachants, ce récit évoque les thèmes de la paternité, la reconstruction de soi, la solidarité, la maladie, l’amour, l’amitié… la violence des gens, du monde, des mots.

Toutes ces pétillantes pointes d'humour, de cris, de larmes rendent ce livre bien humain. Et que dire de cette fin qui nous aura bouleversés, impossible de sortir indemne de cette odyssée, on veut rester avec eux !

Embarquement immédiat pour une traversée du Texas vers l’Ouest américain en Van, ne loupez pas le départ de ce road-trip mémorable, même si les protagonistes n’ont pas toute leur tête !

C'est la force des romans riches et puissants en émotions de chez Sarbacane, ils sont des instantanés du monde réel. Les auteurs de la collection Exprim' ont cette magie des mots qui nous propulsent au coeur de leur histoire.

Malgré ses nombreuses publications dont celui paru simultanément « Il était deux fois dans l’Ouest » (dès 8 ans) dans la collection Pépix chez Sarbacane, cet auteur est une magnifique découverte pour nous deux.

Pour Fred, ce livre se transforme en une pierre de l'édifice "je hais Tibo" (le big boss d'Exprim') en dépit de la multitude de choses à effectuer, il n’a pu se détacher de ce récit.
Satrape se rappellera de ne plus amener « Quelqu’un qu’on aime » sur la plage où elle n’a pas vu le temps s’écouler et a récolté par la suite un vilain coup de soleil, sans négliger le fait de planquer son visage derrière cette pépite puisque l’œil et le nez coulaient, hors de question de lâcher une telle aventure !

Fred et Satrape remercient chaleureusement Charlène des éditions Sarbacane et détestent définitivement Tibo !


Satrape & Fred

Quelq'un qu'on aime
Séverine Vidal
Roman : Jeunesse
Editions : Sarbacane
Collection : Exprim'
Pages : 206
ISBN : 9782848658179
Prix : 15.50 €

En cadeau  la Playlist de ce roman à consommer sans modération 

3 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci Séverine <3 Après votre magnifique roman, vous nous touchez une fois de plus avec votre gentil message qui nous va droit au cœur <3

      Supprimer
  2. Je suis ravie que ce roman t'ai plu autant qu'à moi ! Séverin Vidal a incontestablement touché beaucoup de ses lecteurs... Aborder une telle maladie dans un roman n'est pas facile et je suis de ton avis quand tu dis qu'elle a abordé ce sujet avec douceur. Si tu as envie de découvrir mon avis sur ce livre, j'ai posté ma chronique sur mon blog il y a quelques jours, n'hésites pas à y jeter un coup d'oeil :)

    RépondreSupprimer